5 clés pour déjouer votre saboteur interne

someone in the egg, and he wants to get out.

Dans le précédent article : « Attention, saboteur en vue ! » vous avez vu que nous sommes parfois (ou souvent) notre pire ennemi.

Vous avez vu que votre saboteur interne exprime avant tout vos peurs, et qu’il tente de vous persuader d’une version restreinte de la réalité, en vous abreuvant de croyances limitantes basées sur des expériences négatives du passé ou du présent. Son objectif : vous mettre des œillères pour vous décourager de persévérer à sortir de votre zone de confort.

Vous avez appris à reconnaître les signes d’activation de votre système d’auto-sabotage, en notant vos pensées limitantes et je vous ai invités à vous exercer à débusquer votre saboteur en relevant pour l’un de vos projets, toutes ces petites voix critiques qui vous parasitent.

En complément de ce premier travail, regardons à présent comment rendre ce saboteur interne inoffensif.

Est-il nécessaire de se débarrasser de son saboteur pour réussir ou atteindre ses objectifs ?

Tout le monde rencontre à un moment ou un autre de sa vie, des peurs, des doutes, des phases de découragement et entend à ces moments-là, ses voix critiques s’exprimer. Et en réalité ça n’est pas grave ! L’important est surtout de savoir ce qu’on en fait et comment on les dépasse.

Ce qui fait la différence entre ceux qui réussissent dans leurs projets et les autres, ce n’est pas que certains ont des doutes et d’autres non, c’est que certains savent mieux les dépasser ou en faire abstraction. Ils ont une meilleure capacité à résister à leur saboteur intérieur et à maintenir leur cap.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir ce qui fait la réussite des uns et suscite l’envie des autres : comment développer cette résistance interne et ancrer en vous la conviction que tout est possible quand on croit en soi ?

Quelques principes de base à intégrer

1. Vous définissez votre futur par vos actions présentes et non passées

Contrairement à ce qu’essayent de vous faire croire vos voix critiques et vos peurs, votre passé ne suffit pas à déterminer votre avenir : c’est une combinaison de vos intentions, de vos croyances, de vos expériences, et de vos actions.

2. Vos croyances conditionnent vos actions et votre niveau d’engagement

Votre système de croyances a un poids considérable sur votre capacité à vous mettre en action et à maintenir l’effort. Choisir les bonnes croyances vous permettra d’avoir la persévérance dont vous avez besoin pour mettre en oeuvre vos changements. Il est donc primordial de construire et d’entretenir un système de croyances positif et enthousiaste, pour remplacer vos pensées limitantes.

Les clés pour stopper votre saboteur interne

1. Evaluer la véracité de vos pensées limitantes

Nos peurs ont tendance à vouloir nous faire accepter comme vérités absolues des impressions et des jugements travertis en généralités. L’important est donc de regarder de près ces fausses généralités et de les voir pour ce qu’elles sont réellement : des jugements partiellement vrais et soumis à un ensemble de conditions. Autrement dit, relativiser l’énoncé de nos pensées pour en diminuer le potentiel de nuisance.

  • Cette pensée vous semble-t-elle vraie ?
  • Si oui, comment en être absolument sûr :  quelles sont les preuves et justifications ? ces preuves sont-elles tangibles, vérifiées, rationnelles, objectives, factuelles, … ?
  • Si oui, comment contextualiser cette pensée : dans quelles conditions est-elle exacte ? à quel moment ? pendant combien de temps ? où ? avec quelles personnes ? selon quelles contraintes ? pour quels enjeux ?…
  • Enfin : quels sont les exemples concrets et récents de cette pensée ?

2. Chercher les exceptions à vos pensées limitantes 

Si certaines de vos pensées limitantes résistent à l’examen ci-dessus, il est possible d’agir à l’inverse : cherchez les faits indiscutables qui viennent contredire la règle qu’affirme votre pensée limitante, puis approfondissez les critères distinctifs de ces exceptions. Quels ont été ces critères de réussite ? Que pouvez-vous en retirer pour votre objectif actuel ?

Exemple : « Je ne suis pas capable de mener un projet à son terme. »

-> Exception : « J’ai souvent lancé beaucoup de projets mais j’ai toujours fini mes projets dans le cadre professionnel. » ou encore « Lorsque je suis réellement passionné, je vais au bout de ce que j’entreprends. »

-> Critères de réussite : (1) L’engagement professionnel ou l’engagement envers  autrui et (2) le plaisir authentique de l’activité.

3. Remplacer vos pensées limitantes par une affirmation contraire ou « libératrice »

Prenez vos pensées limitantes et inversez-les une par une en affirmations contraires, puis entraînez-vous à répéter oralement ces affirmations avec conviction et énergie. Ce processus doit vous permettre d’affirmer votre confiance et de rééduquer votre mental.

Vous pouvez voir cela comme un enfant qui n’a pas bien appris une leçon, ou qui a mal agi et à qui on répète ce qu’il doit intégrer comme règle ou information, sauf qu’ici c’est votre esprit à vous que vous rééduquez.

Pour cela, vos affirmations doivent être formulées :

  • au présent,
  • à la première personne du singulier (« je« ),
  • avec des verbes engagés et positifs : remplacez les « il faut que… »  ou « je devrais… » par « je décide de… », « je choisis… », ou « je veux… », ou encore mieux : « je vais… »
  • à voix haute
  • avec force et conviction. Il est important de comprendre que de vous entendre dire à voix haute ces phrases fait partie du processus pour en apprendre et intégrer pleinement le contenu. Le ton et l’énergie sont très importants : plus vous véhiculez d’énergie dans un message, plus il vous marquera et s’imprimera. Donc lâchez-vous !

Si vous avez du mal à vous convaincre de l’affirmation contraire, cherchez à remplacer vos pensées limitantes par des affirmations de votre choix, mais qui vous redonnent le contrôle de la situation et qui boostent votre confiance, qu’on appellera « libératrice ». Ces affirmations là peuvent s’énoncer de façon générale.

Exemple : « Je ne sais pas comment faire » ou « Je ne me sens pas à la hauteur »

Affirmations « libératrices » : « Ce qui ne m’abat pas me rend plus fort. » ou « Chaque difficulté est un apprentissage d’une valeur inestimable » ou encore « Une montagne se gravit pas à pas et chacun d’eux compte. »

4. Plongez-vous dans un environnement positif et stimulant

En complément de votre travail sur vous, il est important de savoir vous entourer des bonnes personnes : des personnes positives, qui croient en vous, et vous stimulent dans vos projets.

Pourquoi ? Les pensées négatives se communiquent très rapidement : 17 secondes (oui je dis bien dix-sept secondes) suffisent pour vous faire basculer dans un état d’esprit négatif : soit parce que vous-même pensez négativement, soit parce que vous entendez quelqu’un parler négativement. L’effet ? Sombrer dans le négatif bloque complètement notre capacité à penser de façon logique, créative et … positive !

Par conséquent, soyez attentif à ne pas alimenter vos pensées négatives et à vous préserver de celles des autres. Lorsque vous luttez déjà contre vos démons intérieurs, évitez les personnes négatives et entourez-vous de gens dynamiques et positifs.

5. Focalisez-vous sur la vision de vos objectifs atteints

Il est important de rester engagé et clair sur ses objectifs pour les atteindre. Rappelez-vous régulièrement la finalité de vos actions et de vos efforts et entraînez-vous à visualiser ces objectifs atteints. Que vous apportera le fait d’atteindre ce résultat ? Que ressentirez-vous ? Comment cela changera-t-il votre vie ? Qui cela impactera-t-il d’autre ?

Plus vous arriverez à être précis dans vos visions et plus l’effet en sera positif.

Dans un second temps, évaluez vos difficultés par rapport à vos objectifs et aux bénéfices de vos résultats atteints. Au final, le jeu en vaut-il la chandelle ? Peut-être que si vous avez toujours du mal à rester motivé et engagé après cet exercice, c’est que votre objectif n’est pas assez motivant pour vous ?

Vous voilà largement équipés pour défier votre saboteur et le dépasser. Maintenant à vous de jouer !

Reprenez chacune des pensées limitantes que vous avez identifiées suite à mon précédent article et entraînez-vous à les challenger, les remplacer, et à vous en débarrasser ! Bon travail !

N’oubliez pas, si vous avez un objectif : just make it happen!

bouddha_1

« Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. »

Bouddha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>