En quoi le coaching est-il si particulier ?

L’article que je vous propose ici a été rédigé dans le cadre de l’évènement À la croisée des blogs sur le thème Histoires de relations, organisé ce mois-ci par Sandrino du blog Réussir ses relationsLe mois précédent, le thème proposé était la relation à l’autre et c’est avec plaisir que j’ai choisi de renouveler l’exercice afin de partager avec vous mon vécu des séances de coaching. Le ton de l’article est donc volontairement plus personnel et introspectif par moments. Merci à Sandrino pour l’originalité de son thème et bonne lecture à tous!

2014-05-life-of-pix-free-stock-photos-aureliejouan-flowers_BLOG 

La relation de coaching, une relation unique

Le terme « coaching » étant utilisé à tort et à travers, beaucoup de confusion règne dans l’esprit des gens sur ce qu’ils sont en droit d’attendre d’un coach et c’est un vrai challenge de faire comprendre notre métier.

Comme je le dis aux personnes à qui j’offre une séance découverte : en tant que coach je ne suis ni votre psy, ni votre prof, ni votre conseiller, ni votre mère, ni votre amie. Je suis là pour vous faire avancer, vous aider à atteindre vos objectifs mais aucunement à vous donner les solutions ou à vous dire quoi faire.

Il y a des choses qu’on ne peut pas déléguer. Définir son bonheur en fait partie.

Votre vie : vos choix, votre responsabilité

J’invite avant tout mes clients à être leur propre chef. Par conséquent, ce qu’ils sont sont en droit d’attendre de moi, et ce que je m’engage à leur apporter ? De l’écoute, de la bienveillance, une confiance à toute épreuve dans leur potentiel, une prise de recul et des changements de perspectives, et au final… la (re)découverte de leurs propres ressources.

Concrètement, comment expliquer que cette relation de coaching fasse avancer le client ?

Il est souvent contre-intuitif pour les personnes qui découvrent le coaching, de concevoir qu’ils puissent trouver des réponses grâce au processus de questionnement. On m’a récemment demandé en début de séance découverte, comment le fait de se poser encore plus de questions pouvait aider à avancer sur sa problématique, alors que la personne avait déjà le sentiment de « patauger dans la semoule » (pour reprendre une expression populaire), avec ses propres questionnements.

J’ai trouvé sa question très intéressante et je suis sûre que beaucoup d’autres se la sont posée donc autant partager ma réflexion !

Avant toute chose, on ne peut pas trouver ce qu’on ne cherche pas. Mon rôle en tant que coach c’est donc de faire en sorte que mes clients cherchent et trouvent les réponses aux questions essentielles à leur développement et à leur épanouissement.

Seul, en famille ou entre amis, on a généralement envie de se détendre, de se distraire, et de profiter des autres, plutôt que de réfléchir sur des questions existentielles… Parfois on a aussi simplement envie de garder ses questions et ses doutes pour soi, par pudeur ou par peur du regard des autres. Tout ceci est tout à fait normal, mais ça ne vous fait pas forcément avancer. Face à un coach, vous ne vous dérobez pas devant la question (puisque vous êtes là pour ça), vous prenez le temps de vous y confronter sérieusement pendant 1h pour y apporter une solution concrète et durable. C’est d’ailleurs ce qui a permis à ma cliente de trouver (à sa grande surprise) des réponses à ces questionnements et d’avancer concrètement dessus !

Le rôle du coach

Le rôle du coach, c’est de créer ce moment et cet espace, où seul le client compte et où il dispose de l’écoute de quelqu’un qui n’est là que pour lui, le comprendre et l’aider à avancer vers ce qu’il souhaite profondément, indépendamment du regard ou du jugement de qui que ce soit. Quelqu’un qui est là pour aider le client à « faire parler ses tripes » et aussi l’amener à les écouter.

the dancerToute notre valeur est là : sentir la personne, lui poser des questions sans relâche, pour l’amener à prendre de la hauteur, aller puiser au fond d’elle-même, et reconnaître quand elle parle avec son cœur, quand elle réfléchit moins, quand elle est enfin prête à faire émerger et partager ce qui compte vraiment pour elle.

On peut aisément voir le lien entre le processus de coaching et la maïeutique socratique. A son époque, Socrate faisait « accoucher » ses interlocuteurs de leurs idées et pensées via ses questions. En tant que coach, j’amène mon client à prendre conscience de qui il est, de ce qu’il veut, et des ressources dont il dispose pour atteindre une version de lui-même encore meilleure. Je préfère parler de « révélateur » que « d’accouchement », mais au final, le résultat reste le même : j’amène la personne à un niveau de conscience et de connaissance plus élevé d’elle-même.

Ma mission, c’est de m’assurer qu’ils réalisent à leur tour les trésors qui sont en eux et sachent les révéler, les développer, les utiliser pour tracer leur route.

Je vis ces instants de partage avec mes clients comme des moments privilégiés, où j’ai la chance de les voir se livrer en toute authenticité et me faire partager qui ils sont, vraiment, et de me faire apercevoir quel incroyable potentiel et trésor de ressources ils cachent en eux.

Les moments de « Flow », un état de connexion parfaite entre coach et client

Parfois, en tant que coach nous avons la chance de vivre des « moments de grâce » avec notre client, où celui-ci se livre réellement, plongeant pleinement dans la séance avec nous et nous permettant ainsi… de « danser » avec lui. C’est ce qu’on appelle aussi le « Flow » ou « la fluidité ». Tout semble parfaitement à sa place, et coach et client perçoivent que le moment est important, qu’il se joue quelque chose d’essentiel.

Le client en arrive presque à oublier son coach et a le sentiment de se parler, d’être seul avec lui-même. Il est totalement immergé dans l’instant présent, oublieux de tout le reste, et le coach est lui à un niveau d’écoute si intense qu’il a presque une perception physique des motivations de son client, de son potentiel, et de ses aspirations profondes.

A ces moments, je vis la séance à travers les yeux, les mots, la voix, les gestes de mon client. Je suis à la fois dissociée et associée à son ressenti.

Il serait facile de lui suggérer des idées, des actions, mais ça n’est pas mon rôle. Ma place est d’être le témoin de mon client et de l’inspirer par mes questions, de rebondir sur ses réponses pour l’amener à aller encore plus loin, encore plus haut dans sa réflexion, dans sa prise de conscience.

Le coaching, un état entre poésie et pleine conscience

Pour moi, une relation de coaching profonde a quelque chose de magique et de poétique. Je suis convaincue que les excellents coachs, ceux qui amènent leurs clients le plus loin, ont une âme de poète et ont une capacité à voir au-delà, un autre monde de possibles dans lequel ils invitent leur coaché à se réinventer, et où ces-derniers puisent la force de décider qui ils veulent être.

Des questions simples mais puissantes permettent au client d’aller à l’essentiel, de faire émerger ses motivations et ses aspirations les plus profondes. Tantôt léger et ludique, tantôt intense et profond, le coaching reste dans tous les cas un moment d’inspiration et de création. Le client en ressort pleinement engagé sur ses objectifs et sur sa vision.

24327732_blog

Quand je pense à mes séances de coaching j’ai une vision merveilleuse… L’espace de coaching où je reçois mon client est totalement blanc, très lumineux, sans distinction du sol, du plafond, ni même des murs…. Au fur et à mesure que se déroule la séance, des touches de couleur jaillissent en fonction des mots, des émotions, ou de l’énergie qui se dégagent de cet échange, et traversent l’espace de coaching à notre insu, virevoltant autour de nous, insaisissables et fugaces.

De la séance, de ces échanges et de ces envolées de couleurs, éclot une fleur, unique et parfaite, qui symbolise à la fois la prise de conscience du client pour cette séance et son avancée.

Ne me reste alors plus qu’à cueillir cette fleur et l’offrir à mon client, puisqu’après tout, c’est son œuvre… L’instant de magie s’estompe, mais j’en garde précieusement les souvenirs en mémoire, appréciant la séance pour ce qu’elle est : unique.

Convaincue que chacun a en soi des ressources et des talents propres, qui ne demandent qu’à se faire connaître et se développer, je considère mon métier comme l’un des plus beaux métiers du monde, par ce qu’il me permet de donner aux autres : être un révélateur de ce qu’ils sont, et de ce qu’ils peuvent devenir.

Make it happen !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

2 thoughts on “En quoi le coaching est-il si particulier ?

  1. Bonjour Blandine,
    et merci pour ton article très intéressant !
    Je ne suis pas coach et je n’ai jamais été coaché. Je découvre donc, à travers ton article, une pratique profonde et bienveillante du coaching. J’ai particulièrement apprécié la sincérité de ton texte que je qualifierai de poétique :)
    Merci pour ta participation et à bientôt !
    Sandrino

    1. Bonjour Sandrino,
      Merci pour ton retour et bien sûr pour m’avoir donné une excellente occasion de partager ma vision du coaching :)
      Je suis ravie si cela t’a intéressé et envie d’en savoir plus.
      A bientôt pour un autre thème de discussion ? :)
      Blandine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>